Premier Marathon de Paris

Marathon de Paris : compte rendu de mon premier marathon

J’ai commencé la course à pied en mars 2013, soit il y a 4 ans. Le 17 avril 2016, j’ai participé à ma première course, le semi-marathon de Budapest. Le 12 février 2017, j’ai effectué mon deuxième semi-marathon cette fois à Barcelone avec un nouveau record personnel. Et le 09 avril 2017, à Paris j’ai réalisé un nouvel exploit : finir mon premier marathon ! Je vous le raconte ici 😉 

Je ne pensais pas un jour courir un marathon (soit 42,195 km pour les novices) et pourtant je l’ai fait ! Laissez-moi vous raconter ce premier marathon à Paris sous le soleil et la chaleur printanière voir caniculaire.

Cette course, ce n’était pas la mienne ! Ce n’était pas mon choix au départ. J’ai été poussé par mon frère, inscrit depuis plusieurs semaines déjà, qui cherchait un co-équipier. Avec un seul semi-marathon à mon actif, je ne me sentais pas prête à courir le double. Du coup, en octobre j’ai décidé de commencer un plan d’entraînement pour marathon afin d’évaluer mon niveau (soit 6 mois avant la course). Les sorties s’enchaînent semaine après semaine, je suis le rythme, je m’améliore et j’augmente la distance doucement mais sûrement. Je me sens bien et sous la pression de mon frère, je fini par accepter de relever ce défi de courir notre premier marathon ensemble. Je continuerais l’entraînement sans me prendre au sérieux. Je cours en fonction de mes envies et de mes sensations.

 

La phase d’entraînement

On ne court pas un marathon comme on court un 10 km ou un semi. Il est important de bien s’entraîner des semaines/mois avant pour être prêt(e) le jour J.

Le 16 janvier 2017, les choses sérieuses commencent ! C’est parti pour 12 semaines d’entraînement avec 3 sorties par semaine. Je décide de ne pas prendre le même plan d’entraînement qu’en octobre puisque je l’ai trouvé trop « facile » pour mon niveau. En entraînement, on doit en « chier ». Pardon pour ce mot, mais c’est la vérité 😀 Pour ceux que ça intéresse, voici mon plan d’entraînement marathon en 12 semaines. Mon/notre objectif de départ était de le finir entre 4h30 et 5h même si en vrai juste le finir est déjà super.

Même si ce nouveau programme est plus difficile, je le suis très bien, j’ai de bonnes sensations, je m’améliore sur la distance et sur ma vitesse. En plus, de mes 3 sorties running par semaine, je fais 1 séance de crossFit en salle ce qui me permet de me renforcer musculairement. Parfois, j’ajoute une séance piscine, histoire de détendre les muscles. A côté de ça, je fais attention niveau alimentation : plus de légumes, de fruits, moins de gras, de sucre et d’alcool (même si ce n’est pas tous les jours facile 😉 ).

La préparation se déroule donc plutôt bien, je suis contente :) A (presque) mi parcours, je participe au semi-marathon de Barcelone, histoire de me tester et d’évaluer mon niveau. Je vais kiffer ce deuxième semi-marathon en battant mon record de 2 min et 10 secondes.

Semi Marathon à Barcelone

Après 3 jours de récupération, je repars sur les chapeaux de roues ! Une forme olympique ! Plus les semaines avancent, plus les sorties longues s’allongent : 18km, 21,7km, 19km… Je suis fière de moi ! Je ne pensais pas un jour pouvoir courir aussi longtemps, toute seule et sans souffrance (ou presque). Ma motivation est au top, je suis à fond, prête à en découdre avec ces 42,195km.

Et puis à 3 semaines de la course, c’est le drame ! Je tombe malade : rhino-pharyngite et asthme. Je tousse sans cesse, je suis dans un état de fatigue incroyable, je suis stressée pour des raisons personnelles et professionnelles. Bref, rien ne va plus. Aucun sport pendant 1 semaine puis reprise progressive avec 2 séances de crossFit et une course de 12 km à 1 semaine du grand départ. Les doutes sont là, j’ai peur de ne pas être prête, d’avoir perdu ma force, mon courage, ma détermination, peur de me blesser…
J-4, dernière course de 5,5 km pas au top de ma forme. Mais maintenant, c’est trop tard ! C’est repos jusqu’au jour J.

J-1 : Retrait des dossards et salon du Running à Paris

Accompagnée de mes parents et de mon frère (bien évidement), nous arrivons à Paris en début d’après-midi, la veille de la course. On fonce direct au salon du running pour récupérer nos dossards. On en profite pour faire un tour au salon où l’on achètera nos T-shirts « Marathon de Paris » 😀 En fin de journée, je m’accorde une petite balade dans le 2ème arrondissement où se trouve notre Airbnb. Je ne fais pas la folle comme à Barcelone (16 km de marche la veille de la course), je me contente d’un petit 9 km de marche dans la journée. Le soir, c’est pasta et dodo (comme on peut). Mon frère est stressé, moi je suis plutôt relax :).

La veille du Marathon de Paris

 

Jour J, 09 avril 2017 : notre premier marathon à Paris !

MarathonParis-Prepa

Après une courte nuit, réveillée à 5h, debout à 7h pour le petit déjeuner (à prendre 3h avant le début de la course), nous y voilà ! Nous sommes prêts ! Mon frère toujours stressé et moi surexcitée 😀 Il fait beau et il fait déjà chaud. Ils annoncent 25° aujourd’hui à l’ombre. On va mourir de chaud ! Après 3 mois d’entraînement avec des températures comprises entre -15° et 10°, c’est la canicule pour moi !

 

Notre équipement

Comme vous pouvez le voir sur la photo, moi je la joue plutôt cool et naturel ! Rien sur moi, je ne me charge pas. Je m’arrêterai aux ravitaillements pour m’hydrater et manger. Toutefois, je prends quand même sur moi 2 morceaux de sucre, 2 efferalgans (à mettre sur la langue) et 1 ticket de métro pour tricher rentrer 😀 Mon frère lui se charge avec un sac à dos (Camelbak) comprenant de l’eau, des gels et des efferalgans.

 

Vivant à l’étranger, je n’ai pas eu l’occasion de m’entraîner avec mon frère. Mon frère court plus vite que moi sur des courtes distances mais moi je tiens plus longtemps sur la distance. Toutefois, nous avons décidé de courir ensemble à une allure comprise entre 6’45 et 7’15 min/km. Même si notre objectif commun est de finir ensemble ce premier marathon. Moi mon objectif personnel est de courir le plus longtemps possible non stop. Mon record est de 21,7 km réalisé en entraînement. Je voulais l’exploser.

C’est parti !

En chemin pour la course, nous avons rencontré dans le métro une Canadienne un peu perdue. On lui propose de nous suivre et on sympathise. Elle est dans le même SAS que nous, celui des tortues +4h30. On commencera donc la course ensemble.

Parcours du Marathon de Paris 2017

Parcours du Marathon de Paris 2017

9h50 départ de notre course, il fait déjà 16° dans les rues de Paris.

Marathon de Paris 2017 - KM 3

Marathon de Paris 2017 – KM 3

1er km : « Surtout on ne part pas vite ». Descente sur les Champs-Elysées et bim premier kilomètre, on est parti trop vite ! 6’30 min/km on ne va pas tenir longtemps à cette allure !
3ème km : PHOTO « Yeaaaah! ». On a tous le sourire et la pêche.
4ème km : nos parents sont là pour nous encourager « Allez, les enfants ! ». Nous sommes en plein soleil, il fait chaud, déjà trop chaud !
5ème km : ravitaillement ! Ah j’attendais cette bouteille d’eau avec impatience ! On s’hydrate, on se mouille le visage, la nuque, ça fait du bien !
7ème km : Quoi ? J’ai une douleur au bout de l’orteil à cause du frottement ! Non ce n’est pas possible, j’ai jamais de problème avec mes pieds (ongles, cloques…) ! Je repositionne mon pied gauche au fond de ma basket et c’est bon mon souci de pied sera résolu jusqu’au bout (ouf !).
10ème km : Je sens que mon frère n’est pas bien. Il est rouge, il a chaud ! Au ravitaillement, je prends de l’eau pour nous 2 et je commence à manger 1 banane tout en courant (faut pas perdre de temps).

Marathon de Paris 2017 - KM 12

Marathon de Paris 2017 – KM 12

12ème km : Quoi ? Je sens un point de côté arriver ! Ce n’est pas possible, j’ai jamais de point de côté. Heureusement que 2 jours avant, j’ai lu un article sur internet sur « comment faire passer un point de côté lors d’une course ». Alors j’applique de suite les conseils : je respire profondément, je détends mes muscles, j’appuie sur la zone sensible et en quelques minutes s’est passé. Ouf!

Vous l’aurez compris le début de course est un peu difficile. Je focalise sur tous mes petits problèmes, je pense même que je m’en invente. Bref, j’essaye de me focaliser sur autre chose, de penser à autre chose comme en entraînement et me laisser emporter par ma musique.

14ème km : mon frère commence a avoir un point de côté… Je lui donne mes conseils 😀 (enfin ceux lus sur internet quelques jours avant « juste au cas où » et finalement bien utiles !).
15ème km : mon frère fait une petite pause sur le côté. Je continue à courir tout doucement. Il me rattrapera quelques mètres plus loin.
17ème km : mon frère s’arrête à nouveau sans me prévenir… je continue à courir en me retournant. Je ne sais pas quoi faire… car je me sens bien, j’ai envie de continuer. Je lui dis « Je continue à courir, on se retrouve après. Courage ! ». Finalement, on ne se retrouvera pas. On continuera la course séparément :(

Mon objectif maintenant est donc de ne rien lâcher et d’aller le plus loin possible sans pause.

Marathon de Paris 2017 - KM 30

Marathon de Paris 2017 – KM 30

21ème km : semi-marathon fait, je me sens bien. Je suis dans les temps 2h28 (certes c’est plus qu’à Budapest et Barcelone) mais il faut gérer le deuxième semi derrière haha ! Au passage, nouveau ravitaillement avec de l’eau, des bananes, des oranges et du sucre.
22ème km : première baisse de régime. J’ai envie de m’arrêter mais je sais que mes parents seront au 26ème km alors je tiens le coup. Je mets un sucre dans mon eau et je bois tout le long de la route.
24ème km : ça se complique ! J’ai vraiment envie de m’arrêter mais je lutte ! Je prends un premier efferalgan pour les douleurs qui commencent à arriver.
25ème km : j’ai retrouvé la forme ! Je trace ma route et je commence à chercher mes parents.
26ème km : passage sous un tunnel long d’1,5 km. « Ah, ça fait du bien de l’ombre ! » A la fin du tunnel, après la côte, mes parents sont là ! J’ai la forme, je lève les bras « Youhou je suis là » 😀 je souris, je parle, je crie « Appelle-moi quand tu vois Damien (mon frère) passait comme ça je sais la distance qu’il y a entre nous deux ».

Marathon de Paris 2017 - KM 30

Marathon de Paris 2017 – KM 30

27ème km : Je me fais littéralement trempée par les pompiers qui nous arrosent. Heureusement, que je n’ai pas un T-shirt blanc 😀 Mais en à peine 45 secondes, je suis déjà toute sèche ! Ah oui, il est 13h, il fait au moins 25° à l’ombre là, « mais elle est oùùùùùùùùù l’ombre » :'( Il fait tellement chaud !
28ème km : J’enchaîne les passages sous les tunnels des Quais de Seine. Certes nous sommes à l’ombre dans les tunnels, mais à chaque tunnel il y a une descente puis une côte à la fin en plein soleil. Alors c’est dur !
28,5 km : Fin du 3ème tunnel, cette 3ème côte en plein soleil me tue. Les gens marchent… bon allez moi aussi je vais faire une petite pause. Ce sera donc ma nouvelle distance record non stop 😉

J’essaye de repartir en courant mais c’est dur ! Il fait chaud, j’ai soif ! « Mais, il est où le prochain ravitaillement ? Je ne sais plus » :( , « Bon allez je marche jusqu’au prochain ravito ». En plus la ballade est sympa, la Tour Eiffel est juste sur la gauche. Les gens font des pauses photos. Allez je ne suis plus à ça près, moi aussi je vais me faire un petit selfie avec la Tour Eiffel 😀 (En fait, je me rendrais compte à la fin de la course que ça n’a même pas marché. Je suis dégoutée !)
29ème km : LE ravitaillement ! « Ah bah enfin » ! Pile en face de la Tour Eiffel. Alors le déjeuner est plutôt sympa. Enfin, il aurait pu être mieux avec un burger et une bière fraîche. Au lieu de ça, c’était : banane (mais je commence à être écoeurée), orange, pain d’épice, sucre, bretzel (biscuit apéro) et beaucoup d’eau.
32ème km : Jusqu’au km 32, j’alterne marche et course. Le souffle ça va, le coeur aussi, la tête plus ou moins, mais les jambes pas du tout ! Elles sont toutes raides y compris les chevilles. Pas de crampes mais c’est douloureux ! Je tente de repartir malgré les douleurs dans les jambes et puis je me dis autant marcher de toute façon je dois attendre mon frère pour passer la ligne d’arrivée ensemble.

Marathon de Paris 2017 - KM 42

Marathon de Paris 2017 – KM 42

Du 32ème km au 42ème : je vais marcher près de 10 km non stop. Je prends le temps de manger et de boire aux ravitaillements. J’envoie des messages d’encouragement à mon frère qu’il peut lire sur sa montre connectée. J’ai plusieurs fois mon père au téléphone: « ça va ? » « Oui ça va, je marche ! Je découvre le Bois de Boulogne. Je suis au KM 38. » « Je suis au KM 40. » 

40ème km : je ralentis de plus en plus la marche. J’encourage mon frère comme je peux.

41,5 km : je m’arrête, je m’étire, je reste debout au début… puis je m’assois sur le trottoir ! Je regarde passer les gens à bout de force, en train de marcher ou de donner tout ce qu’ils ont sur ces derniers 750 mètres.

12 minutes plus tard, je vois mon frère avec la Canadienne. Il est au plus mal, mais je l’encourage, je lui donne ma bouteille d’eau pour qu’il s’arrose. « Allez, allez plus que 500m. » Un dernier sourire devant les photographes pour immortaliser le moment ! Moi j’hurle « Yeaaaah! », je lève les bras, je souris 😀

A 200 mètres de l’arrivée, mon frère dit « Allez on sprint ! ».

 

Et voilà, il l’a fait, il l’a fini, on l’a fini ensemble en 5:57:16.
Je suis fière de lui pour avoir surmonté cette épreuve dans la douleur et sous cette forte chaleur !

Notre Premier Marathon - Finisher ensemble

Notre Premier Marathon – Finisher ensemble

Nous sommes contents, on se félicite et on immortalise ce moment avec la Canadienne !

Moi je vais plutôt bien malgré quelques douleurs dans les jambes ! Je ne me suis pas surpassée certes mais qu’importe ce n’était pas ma course, c’était la sienne ! Je l’ai encouragé, motivé lors de la préparation. Nous avons couru 17 kilomètres ensemble et fini ensemble ces 42,195 km. Je regrette de l’avoir abandonné les 2/3 de la course mais c’est dur de courir avec quelqu’un qui n’a pas le même rythme.

Si je m’étais arrêtée plus tôt, je ne serai peut-être pas repartie à cause des douleurs dans les jambes. Je n’étais pas préparée physiquement et mentalement à soutenir quelqu’un, c’était aussi l’inconnu pour moi. J’ai aussi eu mes douleurs, mes doutes pendant la course. J’ai géré comme j’ai pu :(

 

> Comme je le dis toujours, on apprend de ses expériences et de ses erreurs. Je vous donnerai prochainement mes conseils pour vous préparer pour votre premier marathon.

 

Bref, j’ai fini cette course avec peu de plaisir au final. Juste la satisfaction d’avoir couru 3h20 non stop soit 28,5km ! Je ne pensais pas en être capable ! Même si à la fin de la course j’avais encore de l’énergie pour être prise en photo tout en sautant devant l’Arc de Triomphe. Je ne souhaitais pas renouveler l’expérience marathon. 42,195km c’est beaucoup trop. Je préfère les semi-marathons :)

Finisher Marathon de Paris 2017
4 heures de voiture plus tard, je n’arrive plus à sortir, à bouger et à marcher. Et là je me dis « plus jamais » ça sert à rien, à part avoir mal… Le lendemain c’est dur dur ! En haut des escaliers, aucune jambe n’ose se lancer en premier. Tu marches en canard, tout le monde rigole, toi aussi mais tu as mal ! Et puis le surlendemain, tu repenses encore et encore à ta course ! Tu es content(e) finalement, tu regardes les photos et les vidéos, tu es fier(e) ! Tu analyses tes performances pour comprendre tes faiblesses et tes erreurs ! Et puis finalement, tu te dis qu’il ne faut jamais dire jamais car au final l’addiction à la course est toujours là ! Parce que peut-être qu’au fond on aime souffrir mais je pense surtout qu’on aime se surpasser.

Alors oui il y aura sûrement un deuxième marathon un jour. Ce sera MON marathon cette fois, une revanche pour me surpasser à mon tour ! :)


Et vous, avez-vous déjà couru un marathon ? Comment s’est passé votre 1er marathon ? 

Suivez mes aventures en direct sur FacebookInstagram & Twitter et ne manquez aucune mise à jour sur le blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *